Archives pour la catégorie Chômage

L’évolution du chômage en France

Nombre de demandeurs d’emploi en France

En 2016, 5,4 millions de demandeurs d’emploi étaient inscrits à Pôle Emploi (catégorie A,B ou C). Les demandeurs d’emploi sont principalement inscrits dans la catégorie A (qui correspond aux personnes sans activité) et la plupart d’entre eux ont entre 25 et 49 ans. Ensuite la catégorie la plus nombreuse est celle des demandeurs d’emploi ayant une activité à temps partiel de moins de 78h par mois (catégorie C).

L’image ci-dessous représente l’importance des différentes catégories de demandeurs d’emploi en France.

Dénombrement des demandeurs d'emploi par catégorie et par tranche d'âge

Dénombrement des demandeurs d’emploi par catégorie et par tranche d’âge

Évolution du nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi

Il apparaît qu’au cours des vingt dernières années, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi a augmenté de 42%. Alors qu’il était stable, voire à la baisse entre 1996 et 2008, le nombre de demandeur d’emploi d’emploi a fortement augmenté entre 2008 et 2016.

Évolution du chômage en fonction de la catégorie d’âge des demandeurs d’emploi

Le graphe ci-dessous illustre l’évolution du nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi selon leur âge (l’épaisseur du trait représentant le nombre de demandeurs d’emploi de chaque catégorie).


Ce graphe indique que le nombre de demandeurs d’emploi a particulièrement augmenté pour les plus de 50 ans. En effet, il y a trois fois plus de demandeurs d’emploi de plus de 50 ans qu’il y a vingt ans. Parallèlement à cette augmentation drastique, la catégorie des demandeurs d’emploi de 25 à 49 ans (qui est la plus importante en volume) a augmenté d’environ 30% sur la même période. Seul le nombre de demandeur d’emploi de moins de 25 ans semble stable au cours de cette période.

Lorsque l’on examine le taux de chômage pour ces différentes catégories d’âge, on distingue deux catégories distinctes : d’une part, les tranches d’âges supérieures à 25 ans présentent un taux de chômage proche de 10% tandis que d’autre part, la tranche d’âge 15-24 ans présente un taux de chômage bien supérieur (autour de 25%). Enfin, on remarque également que pour toutes les catégories, le taux de chômage est à la hausse depuis le début des années 2000.

 

Évolution du chômage en fonction du sexe des demandeurs d’emploi

Le graphe ci-dessous illustre l’évolution du nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi selon leur sexe. Celui-ci indique que l’évolution du nombre de demandeurs d’emploi est similaire pour les femmes et les hommes : quelque soit le sexe, le nombre de demandeurs d’emploi a diminué légèrement entre 1996 et 2008 avant d’augmenter très fortement depuis. Il y a désormais 50% d’hommes demandeurs d’emploi de plus qu’en 1996 et 33% de femmes demandeurs d’emploi de plus qu’en 1996.

 

Lorsque l’on examine le taux de chômage en fonction du sexe, on observe deux situations différentes :

  • le taux de chômage des femmes est globalement stable entre 9% et 10% depuis le début des années 2000 ;
  • le taux de chômage des hommes est passé de 7% au début des années 2000 à plus de 10% actuellement, dépassant ainsi le taux de chômage des femmes.

 

 

Évolution du chômage en fonction de la catégorie des demandeurs d’emploi

Lorsque l’on s’intéresse à l’évolution du chômage en fonction des catégories d’inscription des demandeurs d’emploi, il apparaît que le nombre de demandeurs d’emploi n’ayant pas du tout d’activité (catégorie A) est resté stable au cours des 20 dernières années. Par contre, le nombre de demandeurs d’emploi travaillant déjà à temps partiel a très fortement augmenté au cours de cette même période (+ 130% pour la catégorie B et + 220% pour la catégorie C) . Ceci témoigne d’une certaine précarisation de l’emploi en France car de plus en plus de personnes travaillent à temps partiel alors qu’elles souhaiteraient travailler davantage (cf. l’évolution du sous-emploi ci-dessous).

 

Le halo du chômage

Le halo du chômage est constitué des personnes que l’on considérerait aisément comme étant au chômage mais qui ne correspondent pas stricto sensu à la définition du Bureau International du Travail (BIT). Il s’agit par exemple de personnes qui recherchent un emploi mais qui ne sont pas disponibles pour prendre un emploi dans les quinze jours, ou de personnes qui ne cherchent pas activement un emploi.

L’analyse du halo autour du chômage indique qu’environ 1,5 million de personnes en France sont dans une situation proche de celle du chômage sans toutefois être incluses dans les statistiques officielles. En effet, ne répondant pas strictement aux critères fixés, elles n’y apparaissent pas.

Le nombre de personnes figurant dans le halo autour du chômage a sensiblement augmenté depuis 2008 (+ 300 000 environ). La majorité de cette augmentation provient de personnes recherchant activement un emploi mais n’étant pas disponibles sous quinze jours.

 

Le sous-emploi

La notion de sous-emploi regroupe l’ensemble des personnes travaillant à temps partiel mais souhaitant et étant disponibles pour travailler davantage (qu’elles recherchent activement un emploi ou non). Figurent également dans cette catégorie, les personnes au chômage technique ou partiel.

Le sous-emploi concerne environ 1,7 million de personnes en France qui sont employées à temps partiel et souhaiteraient donc travailler davantage. Par ailleurs,  il apparaît que les femmes représentent  environ 75% des personnes en sous-emploi.

Conclusion

Cette analyse de l’évolution du chômage en France montre que le nombre de chômeurs atteint en 2016 l’un de ses niveaux les plus élevés. En effet, après une hausse continue depuis 2008, le nombre de chômeurs s’élève à environ 5 millions en considérant les demandeurs d’emploi et les personnes se situant dans le halo du chômage. De plus, lorsque l’on prend en compte les personnes en situation de sous-emploi, il apparaît qu’environ 6,5 millions de personnes souhaitent travailler davantage que ce soit car elles n’ont pas d’emploi ou car elles travaillent à temps partiel. Ainsi, lorsque l’on rapporte ce nombre au 28 millions de personnes actives en France, il en résulte que près de 23% de la population active est soit au chômage, soit sous-employée.

Quelques définitions du chômage

En chaque fin de mois, les statistiques du chômage publiées par le Pôle Emploi donnent lieu à de nombreux commentaires. Tantôt s’agit-il de réjouissances consécutives à la diminution de l’augmentation du nombre de chômeurs, tantôt s’agit-il de baisses spectaculaires du nombre de chômeurs liées à une erreur d’un opérateur téléphonique, tantôt s’agit-il des signes avant-coureurs de l’inversion de la courbe du chômage. Dans cet article, je vous propose de passer en revue les informations et définitions essentielles afin de mieux interpréter les chiffres communiqués régulièrement par les médias.

Définitions du chômage

En termes de définitions relatives au chômage, l’organisme qui fait référence est le Bureau International du Travail (BIT) qui est un organisme dépendant de l’ONU et dont l’objectif est d’harmoniser les définitions au sujet de l’emploi et du chômage entre les différents pays1ces définitions sont notamment utilisées par l’Insee en France. Cette harmonisation des définitions permet donc de comparer des statistiques issues de divers pays.

Au-delà des définitions internationales adoptées par le BIT, en France, Pôle Emploi publie mensuellement des statistiques relatives au chômage qui sont basées sur des définitions qui lui sont propres et qui ne permettent donc pas de réaliser des comparaisons internationales.

Par conséquent, on trouve, en France, différentes définitions du chômage selon l’organisme qui en publie les statistiques :

Selon l’Insee2définition de l’Insee, est au chômage au cours d’une période de référence, toute personne qui :

  • est âgée d’au moins quinze ans ;
  • n’a pas travaillé au cours de cette période ;
  • est disponible pour prendre un emploi dans les quinze jours ;
  • a cherché activement un emploi dans le mois précédant cette période.

Ainsi, selon cette définition, l’Insee considère qu’une personne qui a travaillé au moins une heure au cours de la semaine de référence n’est pas au chômage.

Au contraire de l’Insee qui applique les règles du BIT et qui mesure le chômage à partir d’études statistiques, Pôle Emploi considère que sont aux chômages les demandeurs d’emploi inscrits auprès de ses services.

Par conséquent, il est important de comprendre qu’il n’y a pas de correspondance exacte entre les données de l’Insee et les données du Pôle Emploi puisque ces deux organismes ont des définitions différentes du chômage : certains chômeurs comptabilisés par l’Insee ne le sont pas par Pôle Emploi et réciproquement.

L’image ci-dessous illustre le mode de calcul de l’Insee et de Pôle Emploi ainsi que les principales différences entre ces deux modes de calcul du chômage.

Estimation du chômage et différence entre l’Insee et Pôle Emploi

Estimation du chômage par Pôle Emploi

Les différentes catégories de demandeurs d’emploi

Les demandeurs d’emploi inscrits auprès du Pôle Emploi sont classés dans huit différentes catégories qui sont définies par un arrêté datant de 19923Arrêté du 5 février 1992 portant application de l’article L. 5411-2 du code du travail et définissant les catégories de demandeurs d’emploi. Ces catégories distinguent les demandeurs d’emploi selon :

  • la recherche d’un emploi à temps complet, partiel ou saisonnier ;
  • la disponibilité du demandeur d’emploi pour prendre un poste (un arrêt maladie ou une formation sont des exemples d’indisponibilité) ;
  • l’occupation d’un emploi en même temps que la recherche d’un autre emploi.

En mars 2009, Pôle Emploi a introduit une catégorisation différente de celle présentée par le décret. Depuis cette date, les statistiques mensuelles de Pôle Emploi sont présentées selon cinq catégories définies de la manière suivante :

Définition des catégories par Pôle Emploi

Catégorie de Pôle emploiDéfinition
APersonne sans emploi, en recherche active d'un emploi, quel qu'en soit le type de contrat ( CDI,CDD, à temps plein, à temps partiel, temporaire ou saisonnier)
BPersonne disposant d'un emploi de moins de 78 heures par mois, en recherche active d'emploi
CPersonne disposant d'un emploi de plus de 78 heures par mois, en recherche active d'emploi
DPersonne sans emploi qui n'est pas immédiatement disponible pour occuper un emploi et qui n'est pas tenue de rechercher activement un emploi
EPersonne disposant déjà d'un emploi et qui n'est pas tenue de rechercher activement un emploi

D’après ces définitions, il apparaît que globalement les catégories A est la plus proche de la définition du chômage utilisée par l’Insee mais ces deux définitions ne se recouvrent pas entièrement.

Par ailleurs, il est important de noter qu’une personne en formation est considérée comme n’étant plus immédiatement disponible pour prendre un emploi et appartient donc à la catégorie D. De la même manière, une personne bénéficiant d’un contrat aidé est considérée comme disposant d’un emploi et est donc classée dans la catégorie E.

Estimation du chômage par l’Insee4La mesure du chômage par l’Insee

Estimation du nombre de chômeurs par sondage

Contrairement au Pôle Emploi qui évalue le nombre de chômeurs à partir du nombre de personnes inscrites auprès de son service, l’Insee procède par sondage : il s’agit de « l’enquête emploi en continu ».  Chaque trimestre, l’Insee réalise une enquête auprès de 60 000 ménages tirés au sort et interroge ses membres âgés d’au moins 15 ans (soit environ 110 000 personnes interrogées par trimestre)5Présentation de l’enquête «emploi en continu» par l’Insee.

À partir des réponses recueillies à l’enquête, l’Insee réalise un travail statistique d’extrapolation afin d’estimer le nombre de personne au chômage selon ses critères.

Définition du taux de chômage

Le taux de chômage est défini par l’Insee comme étant le rapport entre le nombre de chômeurs et le nombre de personnes actives.

    \[ \text{Taux de ch\^{o}mage} = \frac{\text{Nb de ch\^{o}meurs}}{\text{Nb de ch\^{o}meurs + Nb de personnes ayant un emploi}} \]

Le halo autour du chômage

Pour analyser plus finement le chômage en France, l’Insee complète la définition du chômage du BIT par la notion d’halo autour du chômage. Cette notion permet d’évaluer des personnes qui ne sont pas considérées comme étant au chômage par l’Insee mais dont la situation s’en rapproche pourtant. En effet, le halo autour du chômage est composé de personnes à la recherche d’un emploi mais n’étant pas disponible dans les quinze jours (formation, maladie, etc.) et/ou n’ayant pas réalisé de démarche active de recherches d’emploi au cours du derniers mois.

Le sous-emploi

Enfin, l’Insee complète ses définitions relatives au chômage avec la notion de sous-emploi. Cette notion regroupe l’ensemble des personnes disposant d’un emploi mais qui travaillent moins que ce qu’elles souhaitent. Le sous-emploi de ces personnes peut procéder :

  • d’un emploi à temps partiel « subi » car les personnes souhaitent travailler davantage et sont disponibles pour le faire ;
  • d’une réduction d’activité due à un chômage technique, une diminution saisonnière d’activité, etc.

 

Notes   [ + ]